Jubilé Dominicain

Blog

... vous propose "Psaume dans la ville"

AddThis Social Bookmark Button

L’IDYM est un chemin à la suite du Christ ! Nous voulons prêcher avec l’ordre dominicain, c'est-à-dire annoncer l’Évangile là où nous sommes, et notamment auprès des autres jeunes. Nous le faisons en nous appuyant sur l’exemple de saint Dominique et de ses premiers frères.
Saint Thomas a résumé en quelques mots l’intuition de saint Dominique : « Contemplari et contemplata aliis tradere » [Contempler et transmettre ce que l’on a contemplé]. La prédication dominicaine comporte plusieurs accents :
C’est une prédication ecclésiale. Nous sommes envoyés par l’Église et nous prêchons en son nom.
C’est une prédication itinérante. Saint Dominique prêchait partout, dans les rues, les églises, les auberges, sur les routes… La prédication dominicaine n’est pas attachée à un lieu en particulier. Elle nécessite donc une grande liberté de mouvement et une capacité à la mobilité. Nous pouvons être prêcheurs partout, dans nos maisons, nos universités, nos lieux de travail, nos paroisses, nos associations…
C’est une prédication à vocation universelle. Passionnés par l’Évangile, nous cherchons à l’annoncer à tous, sans distinction, et par tous les moyens, notamment techniques, dont nous disposons.
C’est une prédication qui passe par la parole mais aussi par l’exemple concret que nous donnons (Verbo et exemplo). « Les hommes d’aujourd’hui ont plus besoin de témoins que de maîtres », écrivait le pape Paul VI. Nous tentons de mettre toujours plus fidèlement en pratique ce que nous annonçons. Ce nous donnons à voir est en effet le premier des témoignages que nous offrons à ceux que nous rencontrons.
Notre prédication est compassion. Dominique pleurait en pensant aux âmes qui n’avaient que les propositions des cathares pour assouvir leur soif de vérité et en songeant aux milliers d’autres qui n’ont jamais reçu l’annonce de la Bonne Nouvelle. Son amour et sa compassion pour eux le poussèrent à prendre la route et à tenter de leur faire découvrir le vrai visage du Christ : c’est ce même élan qui nous pousse aujourd’hui vers nos contemporains. Aucune détresse, qu’elle soit spirituelle, morale ou matérielle, n’était indifférente à saint Dominique. On rapporte que, bouleversé par la misère des habitants de la ville de Palencia, il vendit ses livres qui lui étaient pourtant indispensables pour étudier : il fit don de l’argent recueilli aux pauvres et son exemple incita les autres clercs de la cité à faire de même. Comme lui, nous désirons nous mettre au service de nos frères, en étant particulièrement attentifs aux plus faibles et aux plus souffrants d’entre eux. Notre prédication est engagée en faveur de la justice et de la paix.


Notre prédication repose sur trois piliers : la vie fraternelle, la prière, l’étude.

La vie fraternelle :
Pour Dominique, la vie fraternelle est la première de toutes les prédications et elle en est la source : les premiers couvents s’appelaient « maisons de prédication ». Dans nos groupes de l’IDYM, nous aussi, nous sommes unis par la communion fraternelle.
Même si nous ne vivons pas ensemble, à la manière des frères et des sœurs dominicains, nous avons néanmoins une véritable vie fraternelle. Nous partageons notre foi, nos questions, nos doutes, nos espérances. Nous ne formons pas un petit îlot clos sur lui-même : les rencontres internationales proposées par l’IDYM élargissent nos propres horizons. Nous nous sentons membres à part entière de la grande famille dominicaine. C’est ensemble, avec les frères, les moniales, les sœurs et les laïcs du Tiers-Ordre, que nous sommes prêcheurs. Enfin, en tant que chrétiens et baptisés, nous nous savons fils et filles de l’Église, appelés à être, là où nous sommes, les différents membres d’un seul et même corps.

La vie de prière :
Saint Dominique priait sans cesse. Jourdain de Saxe, un de ses biographes, note avec émerveillement qu’il « consumait ses jours et ses nuits se dédiant inlassablement à l’oraison ». Plus son contact avec l'humanité s'élargit, plus son dialogue avec Dieu devient urgent : plus son dialogue avec Dieu est profond, plus son contact avec l'humanité est intense. C’est dans la prière que nous puisons la force de partir pour la mission. L’oraison est la condition nécessaire à notre transformation intérieure. Nous cherchons, dans notre vie quotidienne, à donner au Christ la première place. Au milieu de nos multiples activités et occupations, nous avons à cœur de conserver un temps pour Dieu, de faire silence pour Le laisser nous travailler intérieurement. Avec les autres membres de la Jeunesse Dominicaine, nous partageons aussi des temps de prière, en particulier avec la célébration de l’Eucharistie. L’ordre des frères prêcheurs a toujours montré un attachement profond à la Vierge Marie. La tradition rapporte que saint Dominique aurait reçu le rosaire des mains de Marie. Nous aimons nous confier à la protection de la Mère de Dieu, en particulier à travers la prière et la méditation du rosaire.

L’étude
Les Constitutions de 1220 affirment que l’étude nous rend « capables d’être utiles à l’âme du prochain » (Prologue, 1220). Amoureux de la Parole de Dieu, nous cherchons à nous laisser transformer par elle. Nous la lisons, la méditons et l’étudions, personnellement et en groupe. La Jeunesse dominicaine nous offre une formation intellectuelle et spirituelle, nous permettant d’approfondir nos connaissances, notamment en théologie et sur la spiritualité dominicaine. 
 
Facebook IDYM Fanpage

Site web de l'Ordre
Bibliothèque en ligne sur Scribd
Twitter
Photos sur Flickr